GOD is POP /// by Stéphane Guillerme

GOD is POP      ///       by Stéphane Guillerme

23 F***ING DOGS 06/04/2011

https://static.blog4ever.com/2012/11/718617/artfichier_718617_1552582_201212124934330.jpg
 
L`esprit du hyène dans un corps de chien des rues

Ohlala mes amis, je suis heureux d`être parmi vous, bien au chaud sur Facebook. Quel endroit convivial, une belle deco, une ambiance amicale, manque une buvette et des toilettes, surtout que je peux encore y aller tout seul, j`ai encore mon esprit et ENCORE des jambes. Oui oui, je vois, vous avez du mal à me suivre sur ce dernier point : le ENCORE !!!!
Je m`explique : hier soir, avec un copain "couchsurfeur", Jeetu de Bhuj, plus Bela, photographe hongrois, ainsi que deux copines espagnoles, nous sommes allés au "Town hall" voir sur scène un groupe de Bombay totalement improbable (v`la l`équipe : 3 claviers, 4 percussionnistes et 1 guitariste électrique pas électrique du tout, et toute une ribambelle de chanteurs et de chanteuses venant chanter des standards de Bollywood avec des voix standards. Ca applaudissait froidement pendant longtemps dans la salle bondée et surchauffée aux ventilateurs (miracle des tropiques) puis l`ambiance s`est détendue et quelques chanteurs gradés surent chauffer la salle. Mais bon, c`est un genre !!!
Apres 15 minutes notre copain hongrois s`est echappé, pretextant avoir des pâtes sur le feu. Nous autres, 4 maintenant tenions 15 minutes de plus de ces voix de velours ammoniaquées. Il est temps de rejoindre mon hotel, il est minuit passé et mon hôtel est à 30 minutes de marche, l`hôtel des deux copines est à mi-chemin. La marche nocturne jusqu`à leur hotel fut impeccable : pas de chauffeurs allumés, pas de "Jack l`éventreur", pas de peau de banane sur la chaussée ni de chat noir à l`horizon, ni de loups, de hyenes, ni (plus probable) de hordes de chiens énervés (je connais merci), tout tranquille et en bonne compagnie.
Arrivés a leur hôtel on s`est separé et j`ai continué mes 10 - 15 minutes de marche en solo, sans trop connaître mon chemin au travers du dédale de rues remplit de chiens errants, moi même armé d`un citron et d`un paquet de biscuits au chocolat, les meilleurs du marché. Donc me voici, le plat ideal en short et claquettes, wouaf wouaf reprirent frénétiquement les choeurs de la nuit.
Et me voici arpentant les rues de Bhuj à 1 heure du matin, me dirigeant grâce au soleil, 1 chien endormi par ici, 1 par là, 1 autre ailleurs pas loin. Et voilà qu`apparait le premier carrefour de ruelles et son gang de miliciens canins, apparemment endormis au milieu de la chaussée. J`avance, je contourne, j`essaie d`être invisible, je vais bien, tout va bien. Un museau se relève puis un second, quelques vocalises pataudes et la caravane passe > Halleluia.
Je continue puis retombe rapidement sur plusieurs chiens qui me hurlent dessus et la jouent intimidation. Le quartier est endormi, une seule fenêtre est allumée à proximité. Je me précipite à la porte de la maison concernée, je frappe à la porte, toujours entouré à distance de 10 mètres par une bonne dizaine de chiens m`aboyant dessus et s`aboyant dessus entre gangs rivaux. Ca vaut bien une soirée avec Marithie et Gilbert Carpentier. Je commençais à rêver à Mozart pour fuir cette situation peu agréable ... et voici que quelqu`un se presente de l`autre côté de la porte en métal, faite de grilles sur sa moitié supérieure. Je voyais donc parfaitement mon interlocuteur, un indien d`une trentaine d`années, grassouillet et que je sentais méfiant sous sa casquette de base-ball.
On a appelé mon hôtel mais ça ne repondait pas, il voulait appeler la police, il a regardé mon passeport et noté son numéro, pris aussi mon nom, la carte de visite de mon hôtel, est allé voir sur Facebook si j`y existais bien et que j`avais des livres sur l`Inde à mon nom, dont Dieux et Déesses de l`Inde, celui avec Ganesh sur sa couverture. Tout cela a pris environ 30 minutes, me laissant du côté rue de sa porte d`entrée, au milieu des chiens qui continuaient leur agression vocale et physique, mon interlocuteur disparaissant regulièrement à l`étage. Puis une moto est finalement passée, chargée de 3 indiens éméchés. Ils se sont arretés chez eux 10 mètres plus loin et l`un d`eux s`est proposé de me ramener à 3 minutes de moto.
J`ai pu lire à ce moment la désolation sur le visage de mon gardien des portes qui venait de tout bien contrôler de ma vie. Un touriste ("atithi debo baba", le visiteur est roi) dans la tempête, qui de surcroît a son nom sur une image de Ganesh .... mauvais pour le karma.
Trois minutes plus tard mon ami motard éméché me deposait a la porte de mon hotel >
Ah j`allais oublier une bien bonne : Lorsque ce voisin a commencé à me parler au travers des grilles, il m`a precisé que ces chiens étaient vaccinés contre la rage. Je lui ai repondu que mon inquiétude du moment était plus de ne pas finir en homme-tronc ... avec ou sans la rage
 
 
A la recherche d`un steak humain .... tartare de préférence.


Seul, mais pas pour longtemps. Une paire d`aboiements et
ce sont 10 chiens qui apparaitront, toutes dents dehors. 
 
 
Ces petits chiens peureux de jour, se métamorphosent en monstre la nuit. 


13/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres