GOD is POP /// by Stéphane Guillerme

GOD is POP      ///       by Stéphane Guillerme

03 Chennai 30/10/2011

NON SUJET  ///  NON TOPIC

 

 

 Tatouage populaire d'un chauffeur de rickshaw


Tattoo of a rickshaw driver Chennai

 

Bon je vais y venir au pourquoi de la chose sous les tropiques : mon enquête sur toutes les formes de tatouage. Aussi aujourd’hui suis-je allé à Saidapet, au sud d’où je loge. Un tatoueur de rue devait y pratiquer tous les dimanche. Comment je le sais ? Voici 4 ans je suis venu au Tamil Nadu pour initier un projet concernant les hoardings et les cut-out (grand panneau publicitaire de l’industrie du cinéma soit rectangulaire « hoardings » soit découpé à la forme des acteurs « cut-out »). Malheureusement le parlement du Tamil Nadu les aurait interdit et l’on en voit plus nulle part dans l’état. Patrimoine disparu, Madras / Chennai en était la Mecque. Enfin passons, et donc j’ai commencé à ce moment précis à m’intéresser de plus près au tatouage indien dans l’idée de faire un petit cadeau visuel à mon voisin tatoueur à Vannes. Au bout de 10 jours à arpenter Chennai à la recherche des derniers maîtres de la peinture de ces hoardings et cut-out, j’étais donc allé à Saidapet …. un lundi !!!! Et j’avais quitté la ville, mais n’avait pas oublié l’endroit. 
Aujourd’hui j’ai embarqué dans le rickshaw de Silvam et nous avons tracés dans les rues clairsemées en ce dimanche matin. Ces jours-ci la mousson a lavé des rues ses tatoueurs et tant mieux pour les éventuels clients, surtout en temps de mousson, mais j’ai entendu parler d’autres lieux où j’aurai une chance d’en rencontrer. Dans le quartier il y a un bidonville et je suis heureux d’être né où je suis né comme vous pouvez l’être vous aussi qui me lisez. Dans ce quartier, néanmoins, quelques personnes se sont découverts pour le plaisir d’être sur la photo. Trop facile :)
Je suis rentré une seconde fois encore un peu penaud de Saidapet puisque pas d’artiste de rue n’était au rendez-vous avec le destin, mais cela n’a pas d’importance, cela fait parti des aléas du voyage, et tant que l’on vit et respire sur le chemin, on regarde et on grandit toujours. Saidapet, bus 45B ou rickshaw, descendre juste avant le pont du bidonville de la fin du monde, et peut-être y aura-t-il une troisième fois ? Vannakkam

 


OK I will finally come to the point, the « why » I am here : my investigation on tattoos all over India. So today I went to Saidapet, south of where I stay. A street tattooist should be working every sundays. How do I know it ? Once upon a time 4 years ago I came in Tamil Nadu to investigate a specific topic : the hoardings and cut-outs ( big painted {then now on flex} advertisment boards for the film industry either rectangular « hoardings » either cut at the shape of the actor’s body « cut-out» ).
Shamely the parlement of Tamil Nadu did forbide them and there are none to be seen nowadays all over the state. Lost inheritage, Madras/Chennai was the Mecca of this art. That’s the way …. and so I started at this moment to be more interested in tattoos in India with the idea to make a gift to my neighbour tattooist in Vannes. After 10 days roaming around Chennai searching for the last masters of this dying art (the last ones are painting now for the political parties) I finally decided to go to Saidapet ….. on monday !!! And I left the town but never forgot the place.
Today I embarked in the Silvam’s rickshaw, and through the almost empty streets of the city on a sunday morning, we almost flew. These days the monsoon washed away its tattooists off the streets, and lucky are the ones who escaped from the needle today by this rainy and still warm days. But I have heard of others places where I might meet others. Let’s see later.
In the area of Saidapet, along a filthy river is set a slum and I am glad to be born where I did as you can be too, readers of these lines. In this area some lots of friendly people among whose some enjoyed showing me their tattoos. Too easy :)
I went back home from Saidapetempty hands for the second time ‘cause I could not meet that tattoo artist, not rendez-vous with our common destiny, but that’s no problem, it’s part of the ALEATOIRE of the search, and that as long as we breathe and live, we still grow daily. Saidapet, bus 45B or rickshaw, going down juste before the bridge above the slum of the end of the world, and maybe it will be a third time ? Vannakkam

 

 

 Petit bidonville de Saidapet, quartier de Chennai

 

Small slum by the river in Saidapet, area of Chennai

 

 

 

 Chennai Boys

 

 

 

 Silvam, mon chauffeur de rickshaw de la journée. Il a un tatouage de Jayalalita sur le bras.

Faut le deviner ??!!


Silvam, my today's rickshaw driver. He has tattooed Jayalalita on his arm. Have to guess ??!!

 

 

 

 Un indien aux tatouages bien ripoux (le dieu Murugan)


An indian with pretty crap tattoos (the god Murugan)

 

 

 

 Jayalalita sur tous les murs et les poteaux de la ville de Chennai.


Jayalalita on every walls of the city

 

 

 

 L'acteur tamil MGR peint sur un mur juste à côté d'un autre symbole du parti politique

dont il a été le leader.

 

MGR painted on a wall right next to the sign of the political party that he ruled for years.

 

 

 

 Les peintres travaillant pour le cinéma travaillent aujourd'hui pour un autre show business :

la politique

 

The painters working in the past for the film industry work now for another show business : politic.

 

 

PREVIOUS : 02 Vijay does the show


NEXT : 04 I'm singing in the rain

PRéCéDENT : 02 Vijay fait son cinéma tamil

 

SUIVANT : 04 I'm singing in the rain

 



08/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres