GOD is POP /// by Stéphane Guillerme

GOD is POP      ///       by Stéphane Guillerme

15 Mandu - Madhya Pradesh 08/01/2011

Mandu (prononcer Mane’dou) ou la puissance de la beauté.

 

Mandu and the power of beauty.

 

 

 

Marché de Mandu et la vieille mosquée.


The market and the old mosque of Mandu.

 

 

Mandu est déjà derrière moi, six jours d’enchantement à arpenter un endroit du monde qu’il est obligatoire de visiter une fois dans sa vie. Je peux le dire et propager la nouvelle, car même si la beauté du lieu réside dans son enchantement tranquille, l’Inde « middle & upper class » y a élu domicile lors des vacances et des week-end pour y célébrer dans la joie et le bruit l’accession au statut de « touriste de masse ... à la masse ». L’idéal est tout de même de s’y trouver hors période de marée haute.
Disséminées sur un plateau de 20 kms², et dominant un paysage de plaines ondulées, les ruines de Mandu occuperont votre temps entre étonnement et enchantement. Un nec plus ultra des vacances culturelles. Les premières fondations de Mandu furent posées au 10ème siècle par un raja hindou désirant une base arrière, une retraite bien protégée, ce qui n’empêcha pas les dirigeants musulmans de Delhi d’en prendre le contrôle en 1304. En 1401, lorsque les moghols prirent le pouvoir à Delhi, le gouverneur afghan de Malwa, Dilawar Khan fit de Mandu son petit royaume et l’âge d’or de l’endroit débuta, pour s’achever en 1732 lorsque les Marathas prirent le contrôle de la région et la capitale régionale redevint la poussiéreuse ville des plaines, Dhar.
Exceptionnelle ensemble de ruines à l’architecture afghane, Mandu vous captivera par la beauté élégante de ses bâtiments et de ses palais imposants. « Mandu (Mane’dou) très dur (d’accès) » vous direz-vous lorsque vous aurez finalement atteint cet endroit très mal desservit, le transport étant le prix le plus exorbitant à payer pour atteindre le royaume perdu, perché sur un des toits du Madhya Pradesh. Mandu, on a du mal à l’atteindre et encore plus de mal à la quitter.
Hare hare Phir milenge.



Mandu is yet behind me, six days of enchantment, roaming around this spot of the world that is compulsary to visit at least once in a lifetime. I can reveal it now and spread the news cause even if the beauty of the place resides partly in the quietness of the place, the « middle and upper class » India choose the place for their holidays and week-ends to celebrate in a noisy joy the access to mass tourism. The ideal is still to be there out of the high tide.
Spreaded over a 20-square-kilometers plateau overlooking a landscape of wavy plaines, the ruins of Mandu will keep you busy in between enchantment and astonishment. One of the « nec plus ultra » of cultural holidays.
The first stones of the city were put during the 10th century by a hindu raja willing to have a fortress retreat, although conquered by the muslem rulers of Delhi in 1304. In 1401, when the Mughals took the power over Delhi, the afghan governor of Malwa made of Mandu his little kingdom and then initiated the golden age of the place, great era that finished in 1732 when the Maratahas took the control of the region, moving its capital from Mandu to Dhar, dusty city in the plain.
Exceptionnal gathering of amazing afghan architectures, Mandu will fascinate you by the elegant beauty of the whole, nature’s and humans’ creations.
Hard to reach and even harder to leave, Mandu is waiting for you.
Hare hare Phir milenge.

 

 

 

Vieille femme tatouée sur le marche de Mandu


Old woman tattooed on the market of Mandu

 

 

 

Ruines de Mandu


Ruins of Mandu

 

 

 

Toits de l`ancien hamam au sein de l`enclave royale de Mandu.

Le système des eaux était très élaboré.


Roofs of the ancient hamam in the royal enclave. The water system was yet elaborated.

 

 

 

Dans l`enceinte de l`enclave royale.


Within the royal enclave. Vegetation and stones.

 

 

 

Ruines et bassin d`eau dans lequel se reflète un baobab.

Mandu est le premier endroit d`Inde où ont été planté des baobabs.


Ruins and pound in which a baobab is reflected in the water.

Mandu is the first place where has been planted baobabs in India.

 

 

 

Campagne aux alentours de Mandu


Countryside around Mandu

 

 

 

Ruines dans la campagne de Mandu.


Ruins around Mandu.

 

 

 

Ruines dans la campagne de Mandu.


Ruins around Mandu.

 

 

 

Sanjay et sa vache à Mandu.


Sanjay and his cow in Mandu.

 

 

 

Jeune fille de Mandu


Young girl from Mandu.

 

 

 

Enfants de paysans Bhils aux alentours de Mandu.


Children of Bhils farmers around Mandu.

 

 

 

Ruines imposantes à Mandu.


Huge ruins in Mandu.

 

 

 

Vue depuis le plateau de Mandu.


Around the plateau of Mandu.

 

 

 

Vue depuis le plateau de Mandu.


Around the plateau of Mandu.

 

 

 

Ruines dans la campagne de Mandu.


Ruins around Mandu.

 

 

PREVIOUS : 14 Train Train

NEXT : 16 Tattoo Mandu

PRéCéDENT : 14 Train Train

 SUIVANT : 16 Tattoo Maundu



10/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres